Vous trouverez principalement dans ces pages des témoignages d'agriculteurs et parfois, aussi, ceux de leurs conseillers, impliqués comme eux dans des actions de préservation de la ressource en eau du bassin versant de la rivière Seille. Les pratiques évoluent. Notre objectif est de montrer les choix judicieux et les bons gestes accomplis dans les activités quotidiennes par ces hommes et femmes. Les élus locaux, comme les simples citoyens seront également associés à cette démarche. Il s'agit de relever un défi collectif : celui de diminuer concrètement et durablement l'impact sur l'environnement.

mardi 12 juin 2018



vendredi 25 mai 2018

Introduire le binage dans les programmes de désherbage du maïs


Cette semaine, nous relayons l'article du 18 mai d'Arvalis-Info sur le binage des parcelles de maïs.
Le maïs, plante estivale semée à fort écartement, figure parmi les cultures les plus adaptées au binage. Si les conditions favorables sont réunies, un passage de bineuse peut remplacer une 2e intervention chimique. 

Les conditions de réussite du binage

Le binage doit s’anticiper dès le semis et les conditions de mise en œuvre sont primordiales.
 


Un binage peut remplacer un désherbage de rattrapage
Les interventions mécaniques peuvent s’intégrer dans les programmes de désherbage de différentes façons. Parmi les solutions testées, le programme « mixte », combinant une intervention chimique en plein (prélevée ou post-levée) puis un binage, donne régulièrement de bons résultats. Un binage réalisé juste avant recouvrement de l’inter-rang, vers 8-10 feuilles du maïs, permet en général de remplacer la 2e intervention chimique de rattrapage.
 
Des équipements complémentaires qui améliorent les performances du binage.
Le contrôle du salissement sur le rang est le point faible du binage, cela peut être amélioré par l’utilisation d’équipements spécifiques : doigts Kreiss, herse-peigne à l’arrière, disques de buttage.
Les systèmes de guidage améliorent la précision et augmentent le débit de chantier : roue traceuse, caméra, palpeur sur le rang… Le système GPS avec correction RTK apporte une précision de quelques centimètres et permet de s’approcher au plus près du rang de maïs.
 
Et les autres outils ?
 
La houe rotative et la herse étrille peuvent également être utilisées dans les programmes de désherbage du maïs. Pour obtenir une bonne efficacité, ces outils doivent être mis en œuvre « à l’aveugle » sur des adventices non levées ou très jeunes, au stade « fil blanc ». En conduite bio, ces outils sont indispensables et complémentaires de la bineuse. Il est nécessaire de multiplier les interventions pour obtenir un résultat satisfaisant : plusieurs passages successifs, de 3-4 jours après le semis, jusqu’à 3-4 feuilles du maïs, suivis d’un ou plusieurs passages de bineuse, selon les conditions.

Diffusé en partenariat avec : Cecab-Broons, CLAL St Yvi, réseau Impaact, Triskalia
ARVALIS - Institut du végétal
Terres Inovia
Unilet
 

mercredi 9 mai 2018

Un agriculteur Bio de la Seille dans le Républicain Lorrain

Fini l’agriculture conventionnelle. Éleveur céréalier à Lorry-Mardigny, Jean-Paul Samson s’est converti au bio. À 57 ans, l’agriculteur ne regrette pas son choix, même si cela demande des sacrifices.

 

Pour lire la suite de l'article du Républicain Lorrain du 6 Mai dernier cliquez sur la photo : 

https://www.republicain-lorrain.fr/edition-de-metz-agglo-et-orne/2018/05/06/j-allais-traiter-mes-champs-a-reculons

 

Anne BARTH - CDA57

vendredi 20 avril 2018

Participez à la recherche de solutions alternatives en culture de maïs avec Arvalis

Arvalis - Institut du végétal vous propose de participer à la recherche de solutions alternatives en culture de maïs.

Ci dessous l'article paru dans Yvoir le 26 mars dernier :  

« Appâter » les larves de taupins en incorporant sur 15 cm de profondeur des graines de céréales avant le semis du maïs… voilà la technique que nous proposons de tester en grandes parcelles !

La recherche de solutions de protection du maïs contre les taupins fait l’objet de nombreux travaux depuis plusieurs décennies. Parmi les nombreux axes entrepris récemment, la stratégie des plantes-appâts a démontré un certain intérêt technique dans les essais mis en œuvre par ARVALIS. Le principe : semer une plante compagne du maïs  pour qu’elle attire les larves de taupins et permette ainsi au maïs d’esquiver une partie des attaques.

Des résultats très prometteurs en petites parcelles
Concrètement, il s'agit d'épandre puis d'incorporer dans les 15 premiers centimètres du sol des graines appâts, du blé associé ou non à du maïs, une semaine avant (au maximum) de réaliser le semis de maïs en tant que culture principale. Après germination des graines, les plantes compagnes vont attirer les larves de taupins. Les attaques vont donc être diluées au cours des premières semaines, laissant le temps au maïs d’atteindre un stade de moindre sensibilité aux attaques de taupins.

Pour éviter de concurrencer la culture de vente, les plantes-compagnes doivent impérativement être détruites assez tôt, c’est-à-dire au stade 3-4 feuilles du maïs (en tant que culture de vente) par un désherbage chimique sélectif ou un désherbage mécanique. Sur quelques essais, réalisés entre 2012 et 2017 en microparcelles expérimentales, l’utilisation de blé seul ou en association avec du maïs permet d’abaisser l’intensité des attaques de taupins de près de 50 à 60 % (figure 1). Ces niveaux d’efficacité sont sensiblement équivalents à ceux obtenus avec une référence insecticide conventionnelle.

Figure 1 : Efficacité de la stratégie appât pour lutter contre les taupins en culture de maïs

 
Un protocole de suivi disponible
Ces résultats très encourageants doivent impérativement être validés en grandes parcelles avec une mise en œuvre par les agriculteurs. Pour cela, ARVALIS propose un protocole de recherche participative pour la mise en place et le suivi de ces expérimentations. Téléchargez le protocole « plante-appât pour taupin ».
Nous vous invitons à renseigner directement les données collectées au fur et à mesure de votre suivi en vous connectant sur cette page web. Ceci permettra d’avoir un accès direct à la synthèse de résultats de la communauté en fin de campagne. Appâtez bien !
Contacts Arvalis :
Philippe LARROUDE (ARVALIS - Institut du végétal) - Jean-Baptiste THIBORD (ARVALIS - Institut du végétal) 
CDA 57 - Claude RETTEL