Vous trouverez principalement dans ces pages des témoignages d'agriculteurs et parfois, aussi, ceux de leurs conseillers, impliqués comme eux dans des actions de préservation de la ressource en eau du bassin versant de la rivière Seille. Les pratiques évoluent. Notre objectif est de montrer les choix judicieux et les bons gestes accomplis dans les activités quotidiennes par ces hommes et femmes. Les élus locaux, comme les simples citoyens seront également associés à cette démarche. Il s'agit de relever un défi collectif : celui de diminuer concrètement et durablement l'impact sur l'environnement.

mercredi 21 juin 2017



INNOVACTION,  pour la 2ème année sur le bassin versant de la Seille

Une quarantaine de professionnels se sont donnés rendez-vous le 31 mai à Saint Jure (57) pour la 3ème édition d’INNOVACTION dans le territoire Lorrain. Un des 6 rendez-vous proposés par les Chambres d’Agriculture et organisé sur le même schéma.

La thématique : « faire de la marge en dépensant moins » ambitieux !
Le support : « les 500 gestions de parcelles des agriculteurs (issues de Mes P@rcelles) lorrains » conséquent !
L’exemple : « l’exploitation d’Hervé Auburtin » édifiant !

Grâce au support, 500 exploitations, on dispose de 275 exploitations avec des données confortées sur les campagnes 2013, 2014 et 2015. Cela représente près de 210 000 ha sur les 3 ans. A partir de cette base, on a pu identifier des exploitations limitant le recours aux produits phytosanitaires, tout en maintenant des résultats économiques performants, notre thématique.
Les critères étudiés sont la marge brute (non pas à la culture, mais à l’échelle de l’exploitation) et l’Indice de Fréquence de Traitement (IFT qui permet d’appréhender la pression d’utilisation des produits phytosanitaires, également à l’échelle de l’exploitation). Pour être consolidée, l’analyse est effectuée de manière pluriannuelle. Elle exclut l’année 2012, trop atypique en termes d’assolements et l’année 2016, trop exceptionnelle en termes de rendements. Afin de limiter l’effet lié au meilleur ou moins bon potentiel pédoclimatique de certaines petites régions de la Lorraine, les marges brutes de chaque exploitation sont rapportées relativement à la médiane du groupe du secteur.
Parmi les exploitations dont l’IFT est inférieur à la moyenne, donc des exploitations économes en phytosanitaires, on en compte 29 avec une marge brute supérieure à la moyenne du secteur. Dans ces exploitations économes et performantes, on trouve celle Hervé Auburtin, notre hôte du jour.
1er constat : 8 cultures dans l’assolement 2017 et une rotation sur 5 ans (cf. schéma ci-dessous), les pivots ? 


Bien sûr le blé pour les cultures d’hiver et pour les 30% de cultures de printemps dans la sole, le tournesol, plus rare.
2ème constat : l’exploitation est plus dans l’adaptation que dans le dogme, du matériel diversifié pour s’adapter aux conditions pédoclimatiques et aux précédents culturaux. Du SD au labour, de la herse étrille aux micro-doses d’herbicide, on ne s’interdit rien.

3ème constat : malgré une « boîte à outils » bien fournie, la puissance présente sur l’exploitation est faible et la consommation de fuel maîtrisée.

Traction : 1,6 cv/ha calcul hors automoteur et récolte
(3 tracteurs – tracteur de tête 170cv) 
Consommation GNR : 66 L/ha SAU

Avec une politique d’achat de matériel basée sur la copropriété et l’occasion, l’exploitation du secteur de Verny a des coûts de mécanisation inferieurs à la moyenne.


 La suite de la matinée a été consacrée à des points plus techniques et plus pointus. Tournesol et soja ont été passés aux cribles :
- Préparation des sols, décompacteur, rotative, cultivateur avec ou sans…
- Variétés et Itinéraire technique, apport d’éléments fertilisants au semis (toujours avec un témoin non fertilisé)
- Semoir de précision ou semoir en ligne, écartement 17.5 ou 35 cm…
- Structure du sol en fonction de la préparation, avec la méthode du mini profil réalisé grâce au télescopique et ses fourches palettes…
La matinée qui a débuté à 9h45, a vu les derniers participants quitter le site après 13 heures, un signe de réussite pour cette « porte ouverte ».
A re refaire
Bonne Seille
Claude RETTEL – CDA 57




jeudi 15 juin 2017



PCAE : Plan compétitivité et adaptation des exploitations agricoles
Ouverture  du PCAE – du 15 juin au 8 septembre

Un deuxième et dernier appel à projet est proposé dans le but de limiter le risque de pollution ponctuelle et diffuse d’origine agricole. Il est ouvert du 15 juin au 8 septembre.

Une aide pour les investissements permettant de réduire les phytosanitaires
Le financement du matériel est réalisé sur le budget de l’Agence de l’Eau Rhin-Meuse et a pour but de développer l’agro-écologie dans les exploitations agricoles.
Sur le volet de la réduction de l’usage des phytosanitaires il propose principalement sur l’ensemble du secteur :

  • Les matériels alternatifs à l’utilisation des phytosanitaires (herse étrille, houe rotative, écimeuse, bineuse ; les systèmes auto guidage sur bineuse)

  • Matériel permettant de sécuriser l’utilisation des phytosanitaires à l’exploitation
Une aide pour des investissements spécifiques sur les zones prioritaires et les captages dégradés
  • Matériel permettant d’implanter des cultures avec écartement interrang suffisant pour pratiquer le désherbage mécanique.
  • Matériel permettant d’implanter des cultures sous couverts permettant de limiter fortement l’utilisation de pesticides.
Une aide pour des investissements spécifiques sur les zones prioritaires et les captages dégradés
  • Matériels permettant l’entretien, la récolte, et le séchage de l’herbe

Modalités de financement :
- Ces  matériels sont finançables à hauteur de 40% de subventions
- Plafond de 40000€ d’aides cumulées pour un projet individuel
- Plafond de 250000€ d’aides cumulées pour un projet collectif
- Attention certaines dépenses ne sont pas éligibles au PCAE (remplacement à l’identique, matériel d’occasion…)

ATTENTION
Tout projet commencé avant l’autorisation de démarrage du projet rendra ce dernier inéligible aux aides (bon de commande, devis signé ou premier versement réalisé).
Une fois votre projet validé par la commission, vous avez un délai d’un an pour commencer les travaux et de deux ans pour réaliser les travaux et les investissements nécessaires à sa réalisation

Pour plus d’infos n’hésitez pas à contacter votre conseiller Chambre d’Agriculture. 
Tous les documents nécessaires appel à projet, dossiers et notices sont téléchargeables sur le site de votre Chambre d’Agriculture :
Les dossiers de demande d’aides sont à déposer, à la DDT, avant le 8 septembre 2017.

Mélanie JEANNOT - CDA 54