Vous trouverez principalement dans ces pages des témoignages d'agriculteurs et parfois, aussi, ceux de leurs conseillers, impliqués comme eux dans des actions de préservation de la ressource en eau du bassin versant de la rivière Seille. Les pratiques évoluent. Notre objectif est de montrer les choix judicieux et les bons gestes accomplis dans les activités quotidiennes par ces hommes et femmes. Les élus locaux, comme les simples citoyens seront également associés à cette démarche. Il s'agit de relever un défi collectif : celui de diminuer concrètement et durablement l'impact sur l'environnement.

lundi 21 août 2017



Savoir adapter ses interventions aux conditions climatiques

Pour la récolte 2017, les agriculteurs ont réduit de manière sensible l’utilisation de phytosanitaires.

L’air du tout systématique est révolu, et cela quels que soient les bio-agresseurs herbicides, fongiques, lutte contre les ravageurs, régulateurs.
Aider, hélas, par une trésorerie en difficulté suite à la récolte 2016, dépenser le moins possible devient une nécessité. Aider, encore hélas, par des conditions climatiques extrêmes, le sec n’est en effet pas favorable aux bio-agresseurs (pas aux rendements n’ont plus !). 
Aider aussi par les messages techniques, les outils d’aide à la décision et l’observation, les agriculteurs ont pu réaliser de réelles économies. Ils ont, par conséquent, limité leur impact sur le milieu et sur la Seille.

Zoom sur une exploitation dans la médiane du groupe « Verny-Seille aval » :
- 150 ha de surface en terres labourables.
- Types de terres diversifiés de l’argile calcaire à gryphées aux limons battants
Gryphées
- 20% de cultures de printemps.
- Labour occasionnel


Des résultats impressionnants, situés en dessous des objectifs « MAEC ». Notamment, comparés à 2016 qui avait été suite à la pluviométrie de printemps élevés très favorables aux maladies et aux adventices.













Que cette année de production, pour sa gestion des intrants, reste une année de référence pour tous.

Bonne année culturale 2018 et bonne Seille.

Claude RETTEl - CDA 57

mardi 8 août 2017



Semis d’interculture : une expérimentation à Raucourt !

Depuis plusieurs années déjà, diverses expérimentations sur les couverts d’intercultures ont été menées par les chambres d’agricultures en Lorraine. Tout ceci, afin d’en évaluer les divers mélanges, leurs productivités, leurs adaptabilités, leur destructions et leurs bénéfices à la culture suivante. Cette année, un essai a été mis en place à Raucourt (54) afin de tester différents mélanges et  modes de destruction. 
 
On se situe en sols argilo-limoneux, précédent blé d’hiver. Les mélanges semés sont composés de 2 à 5 espèces différentes dans un objectif soit de référence, soit de fourrage ou de biomasse.


Des mesures de biomasse seront réalisées et une visite est envisagée cet automne ! 
 
Semis le 21 juillet en semis direct
 
 Développement au 01 août : Une météo propice aux levées des intercultures



Mélanie JEANNOT – CDA 54

mercredi 26 juillet 2017



Campagne 2017 : les rendements suivent les réserves utiles des sols

Les faits marquants de la campagne 2016-2017 :
- le déficit hydrique : le cumul des précipitations(station de Létricourt)  du 1er  juillet 2016 au 30 juin 2017 s’élève à 495 mm soit 280 mm de moins par rapport à la normale, avec 2 mois à plus de 70 mm( juillet- juin) et 2 mois à moins de 10 mm (décembre-avril) 
- le froid d’avril avec des dégâts de gel sur les cultures 
- les chaleurs de mai-juin

Les orges d’hiver : le rendement le plus faible depuis 30 ans. Ainsi, le rendement moyen, d’après l’enquête moisson du service agronomie de la CDA 57 se situe à 58 q. Les poids spécifiques paraissent corrects, les PMG compris entre 40 et 45 gr et les teneurs en protéines élevées. Depuis 2000, le rendement moyen est de 70.2 q. Malgré la sécheresse, la protection fongicide se révèle rentable. Les escourgeons dont les maîtres brins ont gelé en avril se sont bien récupérés et terminent dans la moyenne des rendements.
Les blés d’hiver : le rendement approche 65 q mais avec de grosses amplitudes : 35 q dans des argiles calcaires superficielles, 90 q dans des limons argileux ou argiles profondes. Le type de sol semble être le caractère principal pour l’obtention de bons rendements. Il en est de même du précédent, plus particulièrement les blés précédent paille qui décrochent fortement.

Les colzas d’hiver : c’est la bonne surprise (20 à 45 q avec un rendement moyen proche de 33 q) mais il ne reste que trop peu de surface pour s’enthousiasmer. La fin d’été 2016 n’a pas permis une levée correcte des colzas. De plus, les colzas fortement dégradés au printemps 2017 ont été remplacés. Comme pour les autres cultures, il existe un gradient de rendement, pénalisant à nouveau les sols suprficiels. Un constat en conclusion, les désherbages en doses modulées voire réduites s’avèrent efficaces.

Les orges de printemps : rendement correct, PMG élevé, mais malheueusement des teneurs en protéines supérieures à 12,5%

Les pois : le rendement moyen des pois d’hiver approche 38 q, celui des pois de printemps varie entre 20 et 50 q. Le rendement déçoit et les nouvelles dispositions prises par le Parlement Européen ne vont pas encourager cette culture.

Jean-François MERY – CDA 57

vendredi 7 juillet 2017



Sortie Scolaire : à la découverte de l’agriculture !

Jeudi 29 juin, une classe de CM2 de l’école primaire de Jeandelaincourt s’est rendue sur l’exploitation de M. ROUGIEUX Pierre à Armaucourt (54). Cette visite fait suite à une première intervention en classe concernant la thématique «  agriculture et qualité de l’eau ».

Le 7 avril dernier, un conseiller de la Chambre d’Agriculture de Meurthe et Moselle et M. Rougieux sont intervenus en classe, sur une matinée, afin de présenter l’agriculture lorraine et les techniques agronomiques mises en place par les agriculteurs dans le cadre de la protection de la ressource en eau. Cette intervention est complétée par une visite de la ferme.

Lors de la sortie pédagogique, les élèves ont pu participer à divers ateliers en petits groupe.
Un atelier « rotation » : A l’aide d’une frise des saisons le conseiller explique les divers travaux des champs ainsi que l’intérêt du désherbage mécanique, et de l’allongement des rotations.
Un atelier « élevage » : L’agriculteur était en charge de son atelier élevage sur l’exploitation, l’alimentation animale, et l’interaction entre son atelier grandes cultures et son atelier élevage.
Un atelier « découverte des cultures » : les élèves ont du, à l’aide de photos, reconstruire le cycle de cultures (colza, blé, orge, pois, tournesol) et associer correctement la graine, la plante et les photos. Puis une ouverture est faite sur leur utilisation dans l’alimentation.

A la suite des ces ateliers, les élèves ont pu déguster un goûter.
La visite s’est poursuivie par une présentation du pulvérisateur, et de la herse étrille par Mr Rougieux ainsi que la visite des autres animaux sur la ferme (poule, chèvre).

Pour finir, les élèves ont du nous restituer par groupe, ce qu’ils avaient compris sur le fumier, l’alimentation animale, les déchets agricoles : « d’où ça vient, à quoi ça sert, comment, pourquoi ? ».

Des élèves qui sont repartis avec une vision objective de l’agriculture et de ces efforts pour la préservation de la ressource en eau. Une matinée  très agréable, que M. Rougieux est tout à fait enclin à réitérer. 



Mélanie JEANNOT - CDA 54